test

Marche de 8 mars : Les femmes veulent une parité effective

Des milliers de personnes ont marché dimanche pour l’égalité des droits entre hommes et femmes au Maroc, à l’occasion de la Journée internationale de la femme.  Une marche nationale a été organisée, dimanche à Rabat, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme, par le « Collectif Parité et Démocratie », pour préserver les acquis de la femme et concrétiser les dispositions de la Constitution consacrant l’égalité hommes-femmes et la parité dans tous les domaines.

 

« Main dans la main pour défendre l’égalité et la démocratie » était le slogan de cette marche qui a débuté à la place Bab Lhad, avec la participation de milliers de personnes, dont des militants du mouvement féministe et des sympathisants de la cause féminine.

A cette occasion, un appel a été lancé pour une mise en œœuvre effective de la parité dans les domaines politique, économique, social et culturel.

Les participants ont également dénoncé la discrimination, l’exclusion et la marginalisation dont sont victimes les femmes et les régressions accusées sur plusieurs questions relatives aux droits des femmes.

Recul des droits des femmes

Dans une déclaration à la MAP, la présidente de la Fédération de la ligue démocratique pour les droits des femmes et coordinatrice du « Collectif Parité et Démocratie », Fouzia Assouli, a indiqué que cette marche constitue l’occasion de procéder à une évaluation de l’action gouvernementale dans le traitement de la question féminine. C’était aussi l’occasion de « faire entendre notre voix pour dénoncer le recul enregistré dans le domaine des droits des femmes ces dernières années ».

Le mariage des mineures demeure en très forte croissance. Plus d’un million et demi de familles prises en charge par des femmes vivent dans la précarité. Le taux de chômage est en nette hausse chez les femmes, alors que la violence faite au femme continue de sévir devenant un phénomène très alarmant.

Fouzia Assouli, coordinatrice du « Collectif Parité et Démocratie ».

Pour elle, il reste de nombreux défis à relever en matière de promotion des droits des femmes.

De son côté, Nouzha Skalli, députée du Parti du Progrès et du Développement (PPS), a expliqué qu’après des décennies de lutte et de militantisme pour l’instauration de l’égalité et la parité et le renforcement de la représentativité des femmes en politique, « il est inconcevable aujourd’hui de ne pas poursuivre cette dynamique ».

Mise en oeuvre de l’article 19 de la Constitution

Elle a par ailleurs appelé à la mise en oeuvre des dispositions de la Constitution, notamment l’article 19 qui stipule que les hommes et les femmes « jouissent des mêmes droits et libertés à caractère civil, politique, économique, social, culturel et environnemental ».

Pour Milouda Hazib, présidente du groupe du Parti Authenticité et Modernité (PAM) à la Chambre des Représentants, il est nécessaire de mettre en place des mécanismes pour concrétiser une réelle parité dans les différents domaines. Dans ce sens, elle a souligné l’urgence de l’adoption de la loi sur la violence faite aux femmes et la mise en place d’un arsenal juridique moderne capable de lutter contre la violence et la discrimination et de protéger les droits et libertés des femmes.

De son côté, Rihab Hanane, membre du bureau politique de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), a noté que le Maroc qui « s’est engagé depuis de longues années sur la voie de l’édification démocratique, » doit promouvoir les principes de la parité et l’égalité.

 »Le Collectif Parité et Démocratie », à l’origine de la marche de dimanche à Rabat, regroupe plusieurs associations et réseaux de défense des droits de la femme. Il se fixe, à travers un programme d’action comprenant des conférences et des colloques nationaux et régionaux, l’objectif de concrétiser dans les faits la charte de l’égalité et de la démocratie.

 

 aufait avec MAP

Show More

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *