test

Les droits des femmes au Maroc ont connu un saut qualitatif durant la dernière décennie

Les droits des femmes au Maroc ont connu un saut qualitatif durant la dernière décennie, a-t-on souligné lors d’un débat organisé samedi à Lyon à l’initiative du Consulat général du Maroc dans cette ville du sud-est de l’Hexagone, sous le thème « Double culture au féminin. Entreprendre ici et ailleurs : défis et opportunités ».

Lors de ce débat, organisé en collaboration avec le ministère en charge des Marocains résidant à l’étranger, les participantes ont souligné que le Maroc a franchi d’importantes étapes aux plans juridique et institutionnel dans le domaine des droits des femmes dans la perspective de la concrétisation des principes de parité et d’égalité consacrés par la nouvelle Constitution du Royaume.

Lors de son intervention, la Consule générale du Maroc à Lyon, Mme Chafika El Habti a affirmé que ce débat autour de « la double culture au féminin » ambitionne surtout de créer des passerelles, des synergies et des partenariats qui favoriseraient l’échange d’informations, d’expériences et de savoir-faire.
Autant d’occasions offertes pour pousser aussi le networking et tisser un véritable réseautage permettant de mieux appréhender les réalités ici et celles là-bas au Maroc. Ce Maroc où la marche des femmes vers l’égalité et pour une pleine jouissance de leurs droits se renforce chaque jour d’acquis et de réalisations, a-t-elle dit, soulignant que la Constitution marocaine adoptée en 2011 a fait sauter en éclats, à travers des articles dédiés, plusieurs verrous qui ont longtemps plombé la lutte des femmes marocaines.

Pour sa part, Aatifa Timjerdine, membre de la commission régionale des droits de l’Homme a donné un aperçu historique de l’évolution des droits de la femme et la lutte des femmes pour leur émancipation, faisant état des acquis engrangés durant ce long processus qui ont consolidé le rôle de la femme à divers niveaux de gouvernance, tout en affirmant que les femmes marocaines sont résolues à poursuivre ce combat pour davantage d’acquis dans la perspective de parvenir à une pleine parité et égalité comme règles de base pour la gouvernance de la chose publique.

De son côté, Hajbouha Zoubeir, membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE), a abordé les défis et les opportunités auxquels font face les femmes au plan de l’entreprenariat, soulignant l’importance de l’apport féminin dans ce secteur au service du développement économique et social. L’intervenante a également mis l’accent sur l’importance des entreprises féminines et associations qui ont fleuri à travers le territoire national et qui ont créé une dynamique économique favorisant la création de postes d’emploi.

Elle a cité, à cet égard, le cas des coopératives ayant vu le jour dans les provinces du sud et leur impact sur la situation des femmes, mettant en exergue le rôle de l’association des femmes entrepreneures de Laâyoune qui aide les femmes à la création de leurs entreprises dans les secteurs des services, du commerce, du tourisme , de l’enseignement, de l’agriculture et de l’industrie.

Mme Zoubeir a appelé, par ailleurs, à la conjugaison des efforts pour l’amélioration des textes règlementaires et la mise en œuvre de la législation relative à la gestion de l’entreprise féminine, faisant observer que les obstacles entravant l’action des femmes sont les mêmes un peu partout dans le monde.

Sur le même thème, Nezha Bouchareb, Présidente du Connecting group international a abordé son expérience personnelle comme chef d’entreprise, et l’importance du réseautage dans le contexte des mutations politiques et économiques que connait la région arabe et de l’accompagnement de la femme entrepreneure pour la réalisation de ses ambitions, soulignant la nécessité de redoubler d’efforts aux niveaux de la coopération et de la collaboration pour la valorisation des expériences visant l’émancipation des femmes.

Outre les participantes marocaines, ce débat a également été marqué par des interventions de Nathalie Pradine, vice-présidente de la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon et Sandrine Collot, responsable du Centre d’information sur les droits de femmes et des familles de la région du Rhône.
Cette rencontre s’est achevée sur des sonorités marocaines et un hommage à plusieurs figures féminines pour leur apport dans la vie entreprenariale, politique associative, sportive et éducative.

 

 

 

 

Source

Show More

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *