test

Droits des femmes au Maroc : acquis et défis

« La réalité des droits de femmes au Maroc » est le thème qui a été débattu par Rabiâ Naciri et Aicha Belarbi dans le cadre de leur participation à la 26ème édition du salon du Livre et de la presse à Genève, le vendredi 27 avril 2012.

 

En effet, l’espace conférence du stand du Royaume du Maroc au Salon du livre et de la presse, qui s’est tenu du 25 au 29 avril à Genève, a abrité une table ronde animée par Mme Rabiâ Naciri, membre du Conseil national des droits de l’Homme et Mme Aicha Belarbi, ancienne Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des affaires étrangères, chargée de la coopération et Ancienne Ambassadeur du Royaume du Maroc auprès de l’union Européenne, sur « la réalité des droits de femmes au Maroc ».

Mme Belarbi a mis en exergue les principales réalisations et les grands efforts déployés par le Maroc en matière des droits des femmes. Elle a ainsi salué les multiples réformes initiées par le Maroc en vue de promouvoir les droits de la femme et d’œuvrer pour son autonomisation. Elle a cité dans ce cadre le code de la famille, le code de la nationalité, la scolarisation des filles, l’accès des femmes aux postes de décision, l’adoption de l’approche genre dans tous les domaines et des programmes de lutte contre la violence à l’égard des femmes. Elle s’est félicitée également de la ratification de la convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et de la levée des réserves la concernant, ainsi que de l’institution de l’égalité, la parité et la lutte contre toutes les formes de discrimination dans la constitution du premier juillet 2011.

Cela dit, a-t-elle souligné, en dépit de ces importantes réalisations, la promotion des droits de femmes pose un grand défi dans la réalité, notamment au niveau de la mise en œuvre des dispositions de la nouvelle constitution, de la consolidation de la représentativité des femme au sein des partis politiques et du changement de la perception négative à l’égard des femmes.

Abondant dans le même sens, Mme Rabéa Naciri a salué les dernières réformes qu’a connues le Maroc, suite notamment à l’adoption de la nouvelle constitution qui a introduit une nouvelle culture concernant les références et le cadre réglementaire, à travers la reconnaissance explicite des droits de l’Homme tels qu’ils sont universellement reconnus et la consécration de la primauté des conventions internationales ratifiées par le Maroc sur les lois nationales. Elle a salué également la reconnaissance par la constitution de la diversité et la pluralité de l’identité marocaine et le rôle de la société civile.

En évoquant la question de l’Autorité pour la parité et la lutte contre toutes les formes de la discrimination, Mme Naciri a mis l’accent sur la nécessité à ce que cette instance soit indépendante avec une mission précise et que le choix de ses membres se base sur des critères de compétence et d’expérience.

Par ailleurs, les différentes interventions des participants ont jeté la lumière sur le rôle des medias dans la promotion de la culture de l’égalité, sur l’importance de l’école dans l’évolution des mentalités et le changement de la perception négative à l’égard des femmes, ainsi que sur la nécessité de poursuivre le processus de réformes et le développement de projets de réformes sectorielles à moyen et long terme dans tous les domaines.

 

 

Show More

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *